Au Cœur de l'Univers
Bonjour et Bienvenue. Nous vous souhaitons une bonne lecture et au plaisir d'échanger avec vous.

Paix et Lumière

Au Cœur de l'Univers

Développement personnel et Spiritualité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La solidarité au sein du vivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La solidarité au sein du vivant   Dim 18 Mai - 9:47



La solidarité au sein du vivant

L’empathie a la cote. Un véritable tsunami de recherches en psychologie et en sociologie vient bousculer notre vision habituelle de l’être humain comme étant fondamentalement égoïste. Du berceau à l’école en passant par le monde de l’entreprise ou la sphère privée, nous serions, en fait, des altruistes cachés, et ceci quelque soit notre environnement culturel. Disposés à être là pour l’autre quand il en a besoin. Prêts à puiser dans notre bienveillance pour rendre service et aider la communauté.  La réponse émanant des connaissances du comportement humain qui se sont accumulées en anthropologie, en psychologie, en biologie, ou en neurosciences, se résume en quelques mots : nous sommes un groupe d’animaux infiniment coopérants, sensibles à l’injustice, parfois bellicistes, mais essentiellement pacifistes.

Cet élan coopératif serait-il restreint à la sphère humaine ? De nouveau, une multitude de recherches, notamment en éthologie (étude du comportement animal) montrent combien nos amis les bêtes ont, eux aussi, une nette propension à la collaboration et à la solidarité. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Cette aptitude à la coopération serait en réalité présente à tous les niveaux du vivant, jusqu’au monde microscopique. En effet, de manière assez époustouflante, la théorie de l’« endosymbiose »(portée par la microbiologiste Lynn Margulis et validée par la communauté scientifique) nous fait découvrir que la capacité des bactéries à unir leurs forces pourrait être à l’origine… de nos propres cellules. Afin d’être plus efficaces, ces plus petites entités du vivant auraient trouvé le moyen de s’associer pour produire une cellule plus performante : l’ancêtre de nos cellules humaines. La coopération fabrique-t-elle le vivant ?La vision de l’évolution comme étant le produit d’un combat sanglant entre des individus et des espèces (une distorsion populaire de la notion darwinienne de la survie du plus fort) se dissout alors que de nouvelles visions émergent.

Une planète symbiotique

Il semble que les êtres vivants qui composent notre monde soient bien plus empathiques que nous n’avons voulu l’admettre ces derniers siècles. Mais interpréter les faits de la nature sur une base psychologique est chose délicate et surtout, les biologistes ont autre chose à nous proposer. Pour eux, les différentes possibilités de coopération ne sont pas des options. Il n’y a pas à décider si nous voulons bien, ou pas, fonctionner ensemble. Même s’il y a parfois des désaccords, des oppositions, des annulations, nous fonctionnons ensemble, c’est tout, que nous le voulions ou pas. L’état de séparation est impensable dans la nature. La biosphère forme un immense système vivant dans lequel chaque organisme est intégré. Le vivant est un continuum qui existe maintenant comme il a toujours existé depuis que la vie est apparue. On voit une coopération continue, des interactions fortes, et des dépendances mutuelles parmi les différentes formes du vivant. La vie ne s’est pas propagée partout sur la planète par le combat, mais par la collaboration. Les faits sont là : la coopération est incontournable, nous faisons partie d’un tout avec lequel nous entretenons un dialogue constant. Comment pouvons-nous prétendre nous en détacher ? Nous nous cramponnons à des mythes machistes, en témoigne la croyance que nous pouvons traiter la planète à notre guise, que l’humanité est éternellement vouée à guerroyer, et que la liberté individuelle passe avant la communauté.

De la coopération à la création

La coopération n’aurait donc jamais cessé de se produire depuis l’apparition de la vie. Elle serait même un moteur de l’évolution, permettant l’émergence d’une multitude de nouvelles entités de plus en plus complexes. La symbiose est maintenant considérée comme une très bonne explication aux « sauts » constatés dans l’évolution. Tout un panel de formes de collaboration se déclinerait alors à l’infini au cœur d’une planète symbiotique qui regorgerait d’exemples plus incroyables les uns que les autres. Et cette capacité à la coopération, qui semble avoir construit le vivant, se retrouverait au cœur de l’humain. La psychologie et les neurosciences modernes n’étayent nullement les théories d’une humanité dénudée d’altruisme. Nous sommes préprogrammés pour tendre une main secourable. L’empathie est une réaction automatique sur laquelle nous n’avons que peu de prise. Nous pouvons la réprimer, la bloquer mentalement, ou ne pas y réagir. Mais, hormis un très petit pourcentage d’humains (qualifiés de psychopathes) , personne n’est émotionnellement immunisé contre la situation d’autrui.

La notion d'unité existe donc aussi au coeur du vivant!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La solidarité au sein du vivant   Dim 18 Mai - 13:41

flower 
Revenir en haut Aller en bas
 
La solidarité au sein du vivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BRUNET-DENON (Vivant) Baron d'Empire - Général de brigade
» L'autonome de solidarité
» Journée de solidarité
» S'engager au sein d'une association/Soutenir une cause
» Pour une justice contre cette femme qui a découpé son chien vivant !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Univers :: Écologie, nature et environnement :: Nature et Environnement-
Sauter vers: