Au Cœur de l'Univers
Bonjour et Bienvenue. Nous vous souhaitons une bonne lecture et au plaisir d'échanger avec vous.

Paix et Lumière

Au Cœur de l'Univers

Développement personnel et Spiritualité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Approche de la méditation selon “Conversations avec Dieu”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélie
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Approche de la méditation selon “Conversations avec Dieu”   Dim 13 Avr - 9:11

Tout d’abord reste en silence. Remarque que j’ai dit de rester en silence. Je n’ai pas dit de penser en silence.
Après être resté en silence un certain temps, tu remarqueras que ta pensée ralentit, du moins un peu, pour finalement s’apaiser. Alors commence à penser à ce que tu penses.
Tu m’as entendu. Commence à penser où vont tes pensées. Puis, empêche tes pensées d’y aller. Focalise-les. C’est la première étape de la maîtrise.
Cesse d’analyser toute nouvelle information qui arrive. Tu as cessé d’y penser. Au lieu de cela, tu penses à ce à quoi tu penses. Tu commences à focaliser tes pensées et bientôt, tu le feras sur rien du tout.
Dirige ton énergie sur quelque chose en particulier. Tu ne pourras te concentrer sur quoi que ce soit tant que tu ne le feras pas sur quelque chose.
Le problème est en partie relié au fait que le mental est presque toujours focalisé sur bien des choses
Pour focaliser sur rien, tu dois faire cesser tout ce bruit mental. Tu dois le contrôler, le limiter, et, en définitive, l’éliminer. Tu dois faire le vide, mais d’abord, tu dois te concentrer sur quelque chose en particulier plutôt que sur tout à la fois.
Alors, débute avec quelque chose de simple. Tu peux commencer par le vacillement d’une chandelle. Regarde la chandelle, regarde la flamme, vois ce que tu remarques à propos d’elle, fixe la profondément.
Sois avec la flamme. N’y pense pas. Sois avec elle.
Au bout d’un certain temps, tes yeux chercheront à se fermer. Ils deviendront lourds et ta vision deviendra floue.
Contente-toi d’être avec l’expérience.
Alors, quand tu as l’impression de vouloir fermer les yeux, ferme-les, c’est tout. N’y pense pas. Laisse -les se fermer. Ils le feront assez naturellement si tu ne t’efforces pas de les garder ouverts.
Tu es maintenant en train de limiter ton information sensorielle. C’est bien.
A présent, écoute ta respiration. Concentre-toi sur elle. Surtout, écoute ton inspiration. Écouter ton Être t’empêche d’écouter tout le reste. C’est alors que viennent les grandes idées. Lorsque tu écoutes ton inspiration, tu écoutes ton inspiration et rien d’autre.
Chut. Reste en silence. Cesse de penser ! Focalise ta vision intérieure. Pour une fois, tu as de l’inspiration, cela va t’apporter beaucoup d’intuition. Focalise cette intuition sur l’espace qui se trouve au milieu de ton front, juste au-dessus des yeux.
Dirige ton attention vers ce point. Regarde profondément à cet endroit. Ne le fais pas en t’attendant à trouver quelque chose. Observe le rien, l’absence de chose. Sois avec l’obscurité. Ne t’efforces pas de voir quelque chose. Détends-toi et contente-toi de la paix du vide. Le vide est bon. La création ne peut venir que dans le vide. Alors, goûte ce vide. Ne t’attends à rien d’autre, ne désire rien d’autre.
Cesse de penser.. Si ton esprit continue de se remplir de pensées, contente-toi de les regarder, dis-toi que c’est bien ainsi. A mesure que les pensées surgissent, contente-toi de reculer et d’observer ce qui est en train de se passer. N’y pense pas, contente-toi de le remarquer. Ne pense pas à ce à quoi tu penses. Contente-toi de te distancier de cela et de le remarquer. Ne le juge pas. Ne deviens pas frustré. Ne commence pas à t’en parler à toi-même
Tu ne peux atteindre le vide en te plaignant sans cesse de ne pas y être.. Lorsqu’une pensée surgit – une pensée superflue à propos de rien en particulier, qui n’a rien à voir avec l’instant – contente-toi de la remarquer. Puis, bénis-la et intègre-la à ton expérience. Ne t’y attarde pas. Elle fait partie de la parade qui passe. Laisse-la passer.
C’est comme la question que tu viens de te poser. Ce n’est qu’une question. C’est une pensée qui a surgi. Elle fait partie de la parade qui passe. Laisse-la passer. N’essaie pas d’y répondre, de la résoudre, de la comprendre. Laisse-la seulement être là. Qu’elle fasse partie de la parade qui passe. Puis, laisse-la s’en aller. Remarque que tu n’as rein à en faire
Tu trouveras là une grande paix. Quel soulagement. Rien à vouloir, rien à faire, rien à être, sinon exactement ce que tu es dans l’instant. Lâche prise.




Laisse les choses être comme elles sont.
Et continue de regarder. Sans anxiété, sans attentes. Continue seulement…de veiller doucement. Sans avoir besoin de rien voir…. En étant prêt à voir n’importe quoi..
Alors ? la première fois que tu le feras, ou la dixième, la centième ou la millième fois, tu verras ce qui ressemble à une flamme bleue vacillante ou à une lumière dansante. Au début, cela pourra avoir l’apparence d’éclairs, puis cela se stabilisera dans ta vision. Reste avec cela. Entres-y. Si tu sens ton Etre se fondre avec, laisse-le faire. Si cela arrive, il n’y aura plus rien d’autre à te dire.
Quelle est cette flamme bleue, cette lumière dansante ?
C’est toi. C’est le centre de ton âme. C’est ce qui t’entoure et circule à travers toi. Dis bonjour à ton âme. Tu viens de la trouver, enfin. Tu viens d’en faire l’expérience.
Si tu te fonds avec elle, si tu deviens Un avec elle, tu connaîtras une sublime plénitude de joie que tu appelleras extase . Tu découvriras que l’essence de ton âme est l’essence de moi. Tu seras devenu un avec moi. Pour un seul moment, peut-être. Pour une seule nanoseconde. Mais ce sera suffisant. Après cela, rien d’autre n’aura d’importance, rien ne sera plus jamais comme avant, et rien dans ton monde physique ne l’égalera. Et alors, tu découvriras que tu n’as besoin de rien ni de personne à l’extérieur de toi-même.
Je n’ai pas dit que tu n’allais jamais aimer personne ni rien à l’extérieur de toi. J’ai dit que tu n’aurais jamais besoin de personne ni de rien à l’extérieur de toi. Je le redis : l’amour et le besoin ne sont pas la même chose.
Si tu as vraiment « l’expérience de l’unité intérieure » que j’ai décrite, le résultat sera exactement le contraire de ce que tu crains. Au lieu de ne plus vouloir être avec personne, tu voudras être avec chacun – mais alors pour la première fois, pour une raison complètement différente.
Tu ne chercheras plus à être avec les autres pour tirer quelque chose d’eux. Dorénavant, tu chercheras à leur donner quelque chose. Car de tout ton cœur, tu désireras partager avec eux l’expérience que tu as trouvée en toi – l’expérience de l’Unité.
 


(Amitié avec Dieu , transmis par Neale Donald Walsch- pages 158 à 163,  aux Editions Ariane)


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Approche de la méditation selon “Conversations avec Dieu”   Dim 13 Avr - 12:28

Superbe approche ! Merci Mélie !

Le passage sur les éclairs et la flamme vacillante me parle beaucoup !
Je voyais souvent cela durant mes méditations sans comprendre de quoi il s'agissait.
Revenir en haut Aller en bas
 
Approche de la méditation selon “Conversations avec Dieu”
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Approche de la méditation selon “Conversations avec Dieu”
» Approche de la méditation. Arnaud Desjardins
» Mes conversations avec la Reine de Yaguel Didier
» Ruben Feldman Gonzalez - Mes conversations avec Jiddu Krishnamurti
» Conversations avec Dieu de Neale Donald WALSCH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Univers :: Harmonisations du corps et de l'esprit :: Méditation-
Sauter vers: