Au Cœur de l'Univers
Bonjour et Bienvenue. Nous vous souhaitons une bonne lecture et au plaisir d'échanger avec vous.

Paix et Lumière

Au Cœur de l'Univers

Développement personnel et Spiritualité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Paulo Coelho : manuel du guerrier de la lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélie
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Paulo Coelho : manuel du guerrier de la lumière   Mer 12 Mar - 13:20




Citation :
« De la plage, à l'est du village, on aperçoit une île où se dresse un temple gigantesque, aux innombrables cloches », dit la femme. 

Citation :


Le petit garçon ne l'avait jamais vue dans les environs; il remarqua qu'elle portait des vêtements étranges et qu'un voile recouvrait ses cheveux. 




« Connais-tu ce temple? Lui demanda t-elle. 


Va le voir, et tu me diras comment tu le trouves. » 


Séduit par la beauté de la femme, l'enfant se rendit à l'endroit indiqué. 




Assis sur le sable, il scruta l'horizon, mais ne vit que le spectacle auquel il était habitué : le ciel bleu qui se mêlait à l'océan. 


Déçu, il marcha jusqu'au hameau voisin, et il demanda aux pêcheurs s'ils avaient entendu parler d'une île et d'un temple. 


« Oui! Il y a très longtemps, à l'époque où mes arrière-grands-parents habitaient par-là, lui répondit un vieux pêcheur. 


Mais un tremblement de terre s'est produit, et l'île a été engloutie. 


Pourtant, même si nous ne pouvons plus la voir, il nous arrive encore d'entendre les cloches du temple, lorsque le balancement des vagues dans les profondeurs marines les fait sonner. » 




L’enfant retourna sur la plage et il tendit l'oreille. 


Il attendit ainsi tout l'après-midi, mais il ne perçut que le bruit des vagues et les cris des mouettes. 


Quand ce fut la nuit, ses parents vinrent le chercher. 


Mais, le lendemain matin, il retourna sur la plage; l'image de la femme le hantait, et il lui semblait impensable qu'une personne aussi belle pût raconter des mensonges. 


Si un jour elle revenait, il pourrait lui dire qu'il n'avait pas vu l'île, mais qu'il avait entendu les cloches du temple que le mouvement des vagues faisait tinter. 




Ainsi passèrent des mois; la femme ne revint pas, et le gamin l'oublia; mais il se souvenait qu'il y avait un temple sous l'eau, et un temple renferme toujours des richesses et des trésors. 


S'il entendait les cloches, l'enfant aurait la certitude que les pêcheurs avaient dit la vérité; aussi, quand il serait grand, il pourrait rassembler assez d'argent pour monter une expédition et découvrir le trésor caché. 


Il ne s'intéressait plus à l'école, ni à ses camarades. 


Il devint le sujet de plaisanterie favori des autres enfants, qui répétaient « Il n'est plus comme nous. Il préfère rester face à la mer, et il évite de jouer avec nous parce qu'il a peur de perdre. » Et tous riaient en voyant le gamin assis au bord de la plage. 


Bien qu'il ne réussît toujours pas à entendre les vieilles cloches du temple, l'enfant, chaque matin, allait apprendre quelque chose de différent. 




D'abord, il découvrit que, à force de percevoir leur rumeur, il ne se laissait plus distraire par les vagues. 


Peu après, il s'habitua aussi aux cris des mouettes, au bourdonnement des abeilles, au vent qui faisait claquer les feuilles des palmiers. 


Six mois après sa première rencontre avec la femme, le petit garçon était capable de ne plus se laisser distraire par aucun bruit - mais il n'entendait pas pour autant les cloches du temple englouti. 


D'autres pêcheurs étaient venus lui parler. 


« Nous, nous les entendons! » affirmaient-ils avec insistance. 


Mais le gamin n'y parvenait pas. 


Quelque temps après, les propos des pêcheurs changèrent : « Tu te préoccupes trop du bruit des cloches; laisse tomber, et retourne jouer avec tes copains.


Peut-être les pêcheurs sont-ils les seuls à pouvoir les entendre. » 




Au bout d'un an environ, l'enfant décida de renoncer. 


Ces hommes ont peut-être raison. 


Il vaut mieux que je grandisse et que je devienne pêcheur; alors, je retournerai tous les matins sur cette plage, et j'entendrai les cloches.


Et il pensa aussi : « Peut-être que tout cela est une légende, et qu'avec le tremblement de terre les cloches se sont brisées et ne sonneront plus jamais. » 




Cet après-midi-là, il décida de rentrer chez lui. 


S'approchant de l'océan pour lui faire ses adieux, il regarda encore une fois la nature et, comme il ne s'inquiétait plus des cloches, il put sourire de la beauté du chant des mouettes, de la rumeur de la mer, du vent qui faisait claquer les feuilles des palmiers. 


Il écouta au loin les voix de ses amis qui s'amusaient et se sentit joyeux de savoir qu'il pouvait retourner aux jeux de son enfance. 


Ils s'étaient peut-être moqués de lui, mais ils oublieraient vite ce qui s était passé et ils l'accueilleraient. 


L'enfant était content et - comme seul un enfant peut le faire- il remercia d'être en vie. 


Il avait la certitude de n'avoir pas perdu son temps, car il avait appris à contempler et à révérer la Nature. 


Alors, parce qu'il écoutait la mer, les mouettes, le vent, le bruissement des palmes et les voix de ses amis qui jouaient, il entendit aussi la première cloche. 


Et une autre. 


Et encore une autre. 


Jusqu’au moment où toutes les cloches du temple englouti se mirent à sonner, le remplissant de joie. 




Des années plus tard, alors qu'il était devenu un homme, il revint au village de son enfance. 


Il n'avait nulle intention de repêcher quelque trésor enfoui au fond de la mer; peut-être tout cela avait-il été le fruit de son imagination enfantine, et peut-être même n'avait-il jamais entendu sonner les cloches englouties. 


Cependant, il décida de se rendre sur la plage pour écouter le bruit du vent et le chant des mouettes. 


Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il aperçut, assise sur le sable, la femme qui lui avait parlé de l'île et de son temple. 


« Que fais-tu ici? demanda-t-il. -Je t'attendais. » 


Bien que de nombreuses années eussent passé, elle avait toujours la même apparence; le même voile dissimulait ses cheveux, et il ne paraissait pas abîmé par le temps. 


Elle lui tendit un cahier bleu, dont les feuilles étaient vierges. « Écris : un guerrier de la lumière prête attention au regard d'un enfant, parce que les enfants savent voir le monde sans amertume. 


Lorsqu'il désire savoir si une personne est digne de confiance, il la regarde avec les yeux d'un enfant. 


- Qu'est-ce qu'un guerrier de la lumière? -Tu le sais, répondit-elle en souriant. 


C'est celui qui est capable de comprendre le miracle de la vie, de lutter jusqu'au bout pour ce en quoi il croit, et - alors - d'entendre les cloches que la mer fait retentir dans ses profondeurs. » Jamais il n'avait jugé qu'il était un guerrier de la lumière. 




La femme parut deviner ses pensées. « Tout le monde en est capable. 


Et personne ne se juge un guerrier de la lumière, bien que tout le monde puisse l'être. »


Il regarda les pages du cahier. 


La femme sourit de nouveau. « Écris », répéta-t-elle. 


Manuel du guerrier de la lumière Un guerrier de la lumière n'oublie jamais la gratitude. 


Au cours de la lutte, les anges l'ont aidé; les forces célestes ont mis chaque chose à sa juste place et ont permis au guerrier de donner le meilleur de lui-même. 


Ses compagnons commentent: « Comme il a de la chance! » 


Et le guerrier obtient parfois beaucoup plus que ce que ses seules capacités lui autorisent. 


Alors, quand le soleil se couche, il s'agenouille et remercie le Manteau Protecteur qui l'entoure. Mais sa gratitude ne se limite pas au monde spirituel; il n'oublie jamais les amis, parce que leur sang s'est mêlé au sien sur le champ de bataille. 


Un guerrier n’à nul besoin qu'on lui rappelle l'aide que lui ont prodiguée les autres; il se souvient tout seul, et partage avec eux la récompense. 


Tous les chemins du monde mènent au coeur du guerrier; il s'immerge sans hésiter dans le fleuve de passions qui traverse sa vie. 


Le guerrier sait qu'il est libre de choisir ce qu'il désire; ses décisions sont prises avec courage, désintéressement, et - parfois - avec une certaine dose de folie.


II accepte ses passions et en jouit intensément. II sait qu'il n'est pas nécessaire de renoncer à l'enthousiasme des conquêtes; elles font partie de la vie, et réjouissent tous ceux qui y prennent part. 


Mais il ne perd jamais de vue les choses durables et les liens solides qui se sont créés au fil du temps. 


Un guerrier sait distinguer ce qui est passager de ce qui est définitif. 


Un guerrier de la lumière ne compte pas seulement sur ses propres forces; il se sert aussi de l'énergie de son adversaire. 


Lorsque commence le combat, tout ce qu'il possède c'est son enthousiasme, et l'art des coups qu'il a appris à l'entraînement; au fur et à mesure que la lutte se déroule, il découvre que l'enthousiasme et l'entraînement ne suffisent pas pour vaincre : l'expérience est nécessaire. 




Alors il ouvre son coeur à l'Univers et demande à Dieu de l'inspirer, afin que chaque coup de l'ennemi soit aussi, pour lui, une leçon de défense. 


Ses compagnons commentent: « Comme il est superstitieux! Il a interrompu la lutte pour prier, et il respecte les ruses de l'adversaire. » 


Le guerrier de la lumière ne répond pas à ces provocations. 


Il sait que, sans inspiration et sans expérience, aucun entraînement ne donne de résultat. 


Un guerrier de la lumière ne triche jamais; mais il sait distraire son adversaire. 


Aussi anxieux soit-il, il use des ressources de la stratégie pour atteindre son objectif. Quand il se sent à bout de forces, il fait en sorte que l'ennemi pense qu'il n'est pas pressé. 


Lorsqu'il doit attaquer à droite, il déplace ses troupes vers la gauche. 


S'il a l'intention d'entreprendre la lutte sur-le-champ, il feint d'avoir sommeil et de se préparer à dormir.


Ses amis commentent: « Voyez comme il a perdu son enthousiasme! » 


Mais il n'accorde pas d'importance aux commentaires, parce que ses amis ne connaissent pas ses tactiques. 


Un guerrier de la lumière sait ce qu'il veut. 


Et il n'a pas besoin de fournir d'explications. Un sage chinois commente ainsi les stratégies du guerrier de la lumière : « Laisse croire à ton ennemi que tu ne tireras pas un grand avantage de ta décision de l'attaquer; de cette manière, tu diminueras son enthousiasme. » « N'aie pas honte de te retirer provisoirement du combat, si tu sens que l'ennemi est le plus fort; l'important n'est pas la bataille isolée, mais la fin de la guerre. » « Si tu es suffisamment fort, n'aie pas honte non plus de feindre la faiblesse; cela ôte à ton ennemi sa prudence et le pousse à attaquer avant l'heure. » « Dans une guerre, la capacité de surprendre l'adversaire est la clé de la victoire. » « 




C’est curieux, se dit le guerrier de la lumière. 


J'ai rencontré tant de gens qui - à la première occasion - tentent de montrer le pire d'eux-mêmes. Ils cachent leur force intérieure derrière l'agressivité; ils masquent leur peur de la solitude sous un air d'indépendance. 


Ils ne croient pas en leurs propres capacités, mais passent leur temps à proclamer aux quatre vents leurs qualités. » 


Le guerrier lit ces signes chez nombre d'hommes et de femmes de sa connaissance. 


Il ne se laisse jamais abuser par les apparences et s'efforce de rester silencieux quand on cherche à l'impressionner. 


Mais il saisit la moindre occasion de corriger ses défauts, puisque les autres sont toujours un bon miroir de nous-mêmes. 


Un guerrier profite de toutes les opportunités pour devenir son propre maître.


Le guerrier de la lumière lutte parfois avec qui il aime. 


L'homme qui préserve ses amis n'est jamais dominé par les tempêtes de l'existence; il a des forces pour surmonter les difficultés et aller de l'avant. 


Très souvent, cependant, il se sent défié par ceux auxquels il tente d'enseigner l'art de l'épée. Ses disciples le provoquent au combat. 


Et le guerrier montre ce dont il est capable : en quelques coups, il envoie à terre les armes de ses élèves, et l'harmonie revient dans leur lieu de réunion. « Pourquoi faire cela, si tu es tellement supérieur? demande un voyageur. 


Parce que, lorsqu'ils me défient, ils cherchent en vérité à me parler et que, de cette manière, je maintiens le dialogue », répond le guerrier. 


Avant d'entreprendre un combat Important, un guerrier de la lumière se demande: « Jusqu'à quel point ai-je développé mon habileté? » 


Il sait que des batailles qu'il a menées autrefois il a toujours retenu quelque chose. 


Cependant, quantité de ces enseignements l'ont fait souffrir plus que nécessaire. 


Plus d'une fois, il a perdu son temps en luttant pour un mensonge, ou a souffert pour des êtres qui n'étaient pas à la hauteur de son amour. 


Mais les vainqueurs ne répètent pas la même erreur. 


C'est pourquoi le guerrier de la lumière ne risque son cœur que pour quelque chose qui en vaut la peine. 


Un guerrier de la lumière respecte le principal enseignement du Yi-king : « La persévérance est favorable. » 


Il sait que la persévérance n'a rien à voir avec l'obstination. 


Il y a des époques où les combats se prolongent au-delà du nécessaire, épuisant ses forces et affaiblissant son enthousiasme. 


Dans ces moments-là, le guerrier réfléchit : « Une guerre prolongée finit par détruire même le pays victorieux.» 


Alors, il retire ses forces du champ de bataille et s'accorde une trêve. 


Il persévère dans sa volonté, mais il sait attendre le meilleur moment pour une nouvelle attaque. Un guerrier retourne toujours à la lutte. 


II le fait parce qu'il constate que la situation a changé, jamais par crainte. 


Un guerrier de la lumière constate que certains moments se répètent. 


Fréquemment, il se voit placé devant des problèmes et des situations auxquels il avait déjà été confronté. 


Alors il est déprimé. 


Il songe qu'il est incapable de progresser dans la vie, puisque les difficultés sont de retour. 


« Je suis déjà passé par là, se plaint-il à son coeur. - Il est vrai que tu as déjà vécu cela, répond son coeur. 


Mais tu ne l'as jamais dépassé. » Le guerrier comprend alors que la répétition des expériences a une unique finalité: lui enseigner ce qu'il n'a pas encore appris.



Revenir en haut Aller en bas
Our
Bavard en devenir
Bavard en devenir
avatar


MessageSujet: Re: Paulo Coelho : manuel du guerrier de la lumière   Sam 29 Mar - 20:41

En lisant le post du manuel du guerrier de la lumière, j'ai pensé à ce livre que j'ai lu :




Librement inspiré du mythique L'Art de la guerre de Sun Tse, L'art de la guerre pour les femmes vous conduit sur la voie d'une meilleure compréhension de vous-même et de celle que vous voulez être.
S'appuyant sur la sagesse de Maître Sun – produire le meilleur résultat avec le minimum de conflits –, Chin-Ning Chu vous enseigne comment développer votre capacité d'analyse stratégique et devenir plus novatrice, créatrice en toutes circonstances, dans le respect de vos exigences éthiques.
INÉDIT
Revenir en haut Aller en bas
 
Paulo Coelho : manuel du guerrier de la lumière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le manuel du guerrier de la Lumière (Coelho)
» Bonjour de kay
» Aleph (Paulo Coelho)
» citations de "paulo coelho"
» paulo coelho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Univers :: L'Enseignement de la Connaissance Spirituelle :: Préceptes-
Sauter vers: